archives

En savoir plus... sur les cartes, chemins de la foi

Vous êtes ici : Exposition virtuelle "Cartes et Plans d'Ancien Régime" / Exposition / En savoir plus / ... sur les cartes, chemins de la foi

Après le concile de Trente se développe véritablement le phénomène des cartes au service des gens d'Eglise. En 1539 déjà, Macé Ogier recense, à la demande de son évêque, les chapelles, paroisses et abbayes de son diocèse. A Rome, sous le pontificat de Pie IV et Grégoire XIII, on présente, aux loggia vaticanes, l'image du monde catholique sur de généreuses cartes murales. Les évêques transalpins se facilitent alors l'administration et la visite de leurs diocèses par des commandes de cartes similaires.

L'expérience gagne la France avec Jean Tarde (1561-1526) et sa carte du diocèse de Sarlat, la première établie à des fins ecclésiastiques. Remarquable pour l'époque, ses travaux font école, et une collection de "Descriptions de diocèses" est levée sur le terrain par des clercs ou ingénieurs locaux. Dédiées à l'évêque du lieu, elles énoncent clairement l'utilité pour celui-ci de posséder une carte d'état-major propre à le guider dans ses campagnes de seigneur.

En Languedoc les diocèses sont aussi des circonscriptions civiles depuis le XVe siècle. Celui d'Albi a ses petits Etats, Castres et Lavaur leur assiette : les représentants des trois ordres, réunis sous la présidence de l'évêque, redistribuent entre les communautés les impôts royaux et provinciaux.

Le département du Tarn est né de la réunion des territoires des diocèses d'Albi, Castres et Lavaur.

 

Voir :



 

Retour

 Plan du site Mentions légales